Permaculture

La permaculture a été inventée par les australiens Bill Mollison et David Holmgren qui publièrent le guide  « Permaculture 1″ en 1978. Le terme permaculture vient de permanent agriculture (agriculture permanente). Si cette philosophie a d’abord été développée pour répondre aux problématiques soulevées par l’industrialisation de l’agriculture, la permaculture sert aujourd’hui à forger des solutions holistiques  aux problèmes auxquels nos communautés locales doivent faire face et s’applique donc autant au domaine social qu’agricole.

Selon Bill Mollison, la permaculture encourage l’observation prolongée et réfléchie plutôt que  le travail prolongé et irréfléchi. Il s’agit donc d’observer les écosystèmes naturels afin de créer des systèmes humains basés sur les mêmes principes ( une forme de design naturel). J’aime bien la définition de la permaculture de Michael Pilarski (International Green Front Report (1988):

« La permaculture est le design de systèmes d’aménagement du territoire qui soient soutenables et écologiquement sains; le design de systèmes adaptés culturellement et qui mènent à la cohésion sociale; une technique de design intégrant une application des principes écologiques d’utilisation de la terre; un mouvement international pour la planification et le design de l’utilisation du territoire; un système éthique qui insiste sur le positivisme et la coopération. »

L’éthique de la permaculture se résume en trois points:

Prendre soin de la Terre – ce qui signifie respecter l’ensemble des êtres vivants (du règne animal et végétal) qui l’habitent ainsi que leurs écosystèmes respectifs.

Prendre soin des personnes –en cherchant à combler leurs besoins (autant physiques qu’émotifs et psychologiques) les êtres humains ont un impact lourd de conséquences sur leur environnement. Prendre soin des personnes c’est donc favoriser des contextes permettant aux êtres humains de combler leurs besoins en limitant au maximum les répercussions négatives (dans l’environnement ainsi qu’au sein de la société).

Distribuer les surplus – il s’agit de favoriser la distribution équitable des richesses.

Voici les principes qui guident la permaculture selon les co-créateurs du concept ( ces informations proviennent de wikipédia).

« Les principes de Bill Mollison

De l’éthique de la permaculture, Bill Mollison a developpé cet ensemble de principes qui permettent d’envisager un design:

  1. Prévoir l’efficacité énergétique
  2. Emplacement relatif
  3. Circulation d’énergie
  4. Effet de bordure
  5. Chaque élément doit avoir plusieurs fonctions
  6. Chaque fonction est remplie par plusieurs éléments
  7. Travailler avec la nature plutôt que contre elle
  8. Faire le plus petit effort pour le plus grand changement
  9. Le problème est la solution

Les principes de David Holmgren

De la même éthique, David Holmgren a développé en 2002 un ensemble de principe légèrement différent et parfois complémentaires.

  1. Appliquer l’autorégulation et accepter les rétroactions (feedback) – il faut décourager les activités inappropriées pour s’assurer que le système continue de fonctionner correctement.
  2. Intercepter et stocker l’énergie – en développant des systèmes qui collectent les ressources quand elles sont abondantes et que nous pouvons utiliser à besoin.
  3. Utiliser et répondre créativement au changement – on peut avoir un impact positif sur des changements inévitables en observant avec attention et en intervenant au bon moment.
  4. Concevoir en passant des motifs généraux (structure) aux détails – en prenant du recul on peut observer les motifs dans la nature et la société et les reproduire. Ils peuvent alors devenir la colonne vertébrale de nos designs et les détails mis en place à mesure que nous progressons.
  5. Intégrer plutôt que séparer – en mettant les bons éléments aux bons endroits, des relations se développent entre ces éléments et ils travaillent ensemble pour s’entraider.
  6. Observer et interagir – En prenant le temps de s’engager avec la nature on peut concevoir des solutions qui correspondent a la situation.
  7. Obtenir un résultat – s’assurer que l’on reçoit réellement des récompenses utiles pour le travail qui est fait.
  8. Ne pas produire de déchets – en trouvant une valeur à chaque ressource disponible et en les utilisant toutes, rien n’est un déchet.
  9. utiliser et valoriser la diversité – la diversité réduit la vulnérabilité à une variété de menaces et tourne à son avantage la nature unique de l’environnement dans lequel il réside.
  10. Utiliser et valoriser les ressources et les services – faire la meilleure utilisation de l’abondance de la nature pour réduire notre comportement consommateur et notre dépendance vis-à-vis des ressources non renouvelables.
  11. Utiliser les bordures et valoriser le marginal – l’interface entre deux choses est l’endroit ou les événements les plus intéressants se produisent. Ce sont souvent les éléments qui ont le plus de valeur, et qui sont les plus divers et productifs.
  12. Utiliser des solutions petites et lentes – Les systèmes lents et petits sont plus faciles à maintenir que les gros, en faisant un meilleur usage des ressources locales et en produisant des résultats durables. »

Sources de ces extraits

wikipedia

Permaculture francophone ( qui ne semble plus fonctionner malheureusement…je laisse le lien au cas ou les choses s’arrangent, mais la dernière fois que j’ai vérifié le site était suspendu).

Le texte suivant est un extrait tiré d’un travail que j’ai effectué dans le cadre d’un cours d’Agroforesterie à l’Université Laval à l’automne 2010.

«Les principes présentés ici sont en quelque sorte la pierre d’assise de la permaculture. Ils ont été élaborés conjointement par Mollison et Holmgren dans les années 1970, mais c’est Mollison qui les a dabord publiés en 1991. Holmgren a publié sa propre version en 2002. Pour notre part nous avons choisi d’utiliser la liste des principes présentés par Hemenway (2009:6). Si nous avons fait ce choix, c’est que la liste proposée par cet auteur est basée à la fois sur les écrits de Mollison, de Holmgren et de leurs coauteurs ainsi que sur son expérience combinée à celle de nombreuses personnes pratiquant la permaculture. En ce sens, elle semblait représentative du mouvement de la permaculture. Hemenway divise 14 principes en deux catégories, soit les principes de design écologique et les principes reliés à l’attitude des humains qui les mettent en pratique. Nous nous proposons de passer en revue chacun de ces principes en maintenant cette division qui nous semble pertinente. Toutefois, si nous avons opté pour les principes présentés par Hemenway, les définitions que nous en donnons ici ainsi que les exemples qui les accompagnent s’inspirent quant à eux de la lecture des documents présentés en bibliographie ainsi que de formations que nous avons suivies sur le sujet depuis un peu plus d’un an. Ces principes étant particulièrement connus en permaculture, il est difficile de cerner à qui revient la propriété intellectuelle.

Principes de design écologique

Observation

La permaculture est essentiellement basée sur l’observation de la nature et des interrelations existant entre les différents éléments des écosystèmes. Elle tient compte du contexte dans lequel elle s’inscrit. En ce sens, l’implantation de systèmes de production permaculturelle doit d’abord débuter par une observation prolongée de l’écosystème qui sera bouleversé par les changements apportés par toute action humaine. La création d’un système de production à l’image de la nature est un processus complexe s’étalant sur une longue période. Il n’est pas rare pour un permaculteur ou une permacultrice d’observer un écosystème pendant un an ou plus avant d’y intervenir. Ce type d’observation pourrait permettre, par exemple, de constater le fait qu’un oiseau rare occupe une certaine zone pendant quelques semaines par année seulement. Sans une observation prolongée, le permaculteur ou la permacultrice pourrait très bien choisir d’agrandir une zone de production sans réaliser que, ce faisant, c’est un milieu de nidification fragile qui serait détruit.

Localisation relative

Dans un design de permaculture, chaque élément est placé dans le système suite à une réflexion et une analyse approfondie des divers rôles qu’il pourra jouer, en tenant compte de ses besoins ainsi que des impacts positifs et négatifs qu’il pourra avoir sur d’autres éléments du système. L’objectif est d’obtenir le rendement maximal pour l’apport minimal d’énergie. L’énergie dont il est question ici peut être de sources variées, incluant autant le labeur humain qu’animal ainsi que le recours aux énergies fossiles. En ce sens, les éléments sont placés dans le système afin de diminuer les dépenses énergétique attribuer au maintient du système (entretien, récolte, etc). Ce sont les interconnexions entre les éléments d’un système qui permettent de le considérer comme diversifié plutôt qu’un calcul qui se limite à dénombrer les éléments présents dans le système.

Interception et stockage de l’énergie

Il est possible de bénéficier de différents cycles existant dans la nature. Un bon exemple est l’utilisation du cycle à travers lequel passent les ligneux à feuilles caduques. Bon nombre de personnes dépensent beaucoup de temps et d’énergie à chaque année pour ramasser les feuilles mortes alors qu’une fois décomposées elles enrichissent le sol et en améliore la structure. Cet apport potentiel est donc perdu lorsque les feuilles sont jetées plutôt qu’utilisées afin d’augmenter la production du système.

Chaque élément joue plusieurs rôles

Les éléments intégrés au système doivent jouer le plus grand nombre de rôles possible. Il s’agit de considérer non seulement les usages potentiels de l’élément en tant que tel, mais aussi la localisation de cet élément dans le système afin de prendre en considération les interactions avec les autres éléments du système.

Chaque rôle est soutenu par une diversité d’éléments

Un peu dans le même ordre d’idées que le principe précédent, il est question de s’assurer qu’un rôle essentiel au système est rempli par une diversité d’élément afin de créer un système résilient. Par exemple, si l’apport en eau est comblé par un système électrique de pompage et de distribution par boyaux, le système est vulnérable en cas de panne électrique, de bris ou d’assèchement de l’aquifère. Si l’eau provient de différentes sources, le système est beaucoup moins vulnérable et peut continuer à produire malgré les contretemps.

Changements minimaux pour un effet maximal

L’idée est de comprendre l’écosystèmes à travers une observation suffisante des différentes composantes et de leurs interactions. Les informations ainsi obtenues permettent de planifier adéquatement les actions à entreprendre afin de limiter le plus possible l’impact sur le milieu tout en atteignant les objectifs fixés.

Utilisation des systèmes intensifs à petite échelle

L’idée est de débuter à petite échelle, de bien comprendre le système mis en place afin de pouvoir l’étendre par la suite en intégrant les leçons apprises lors de cette première phase. La permaculture prend du temps et de la patience puisqu’il est question d’implanter un système de plantes vivaces autosuffisantes, c’est-à-dire au sein duquel les besoins des uns sont comblés par les autres.

Optimisation des bordures

La biologie nous apprend que les zones de bordure entre deux écosystèmes sont généralement des zones d’intense biodiversité. Pensons par exemple à l’orée de la forée ou au bord d’un bassin d’eau. Dans ces zones, différentes espèces partagent le même habitat puisque ces espaces cumulent certaines des caractéristiques des deux systèmes. C’est en se basant sur cette observation que ce principe a été élaboré dans l’optique d’augmenter le plus possible la diversité du système. Ainsi, un bassin artificiel n’aura pas une forme ronde, on cherchera plutôt à augmenter l’espace où l’eau et la terre ferme se touche afin d’augmenter les bordures.

Prise en compte de la succession naturelle

Il s’agit de comprendre les différents cycles à travers lesquels passent les systèmes naturels pour utiliser ces évolutions à notre avantage plutôt que de tenter de maintenir les systèmes dans un état perpétuel d’immaturité comme c’est le cas des grandes étendues d’herbe qui s’apparentent plus à une prairie qu’à une forêt mature. Les systèmes matures sont plus productifs que les systèmes immatures. En utilisant des plantes vivaces, plutôt que des plantes annuelles, nous avons un autre exemple de ce principe. Une annuelle sera perpétuellement dans une phase d’immaturité alors que les plantes vivaces peuvent produire de manière plus autonome compte tenu de leur réseau racinaire plus solide qui leur permet de puiser l’eau là où les plantes annuelles ne pourront pas se rendre.

Utilisation des ressources biologique et renouvelable

Dans la perspective de limiter l’impact des actions humaines sur l’environnement, la permaculture priorise le recours aux ressources renouvelables plutôt qu’aux ressources non-renouvelables. Les ressources renouvelables produisent de manière durable, elles nous permettent d’accumuler des matériaux et de contenir l’énergie. Par exemple la permaculture favorise la captation de l’eau de pluie et la récupération des eaux grises plutôt que le recours à l’eau souterraine d’aquifère non renouvelables (eau fossile).

Principes basés sur l’attitude humaine

Transformation des problèmes en solutions

Les problèmes sont des opportunités d’apprentissage permettant de mieux comprendre les systèmes naturels. En permaculture, la croyance est que les problèmes qui surgissent proviennent souvent d’une mauvaise planification ou d’un aménagement laissant à désirer. Il s’agit donc de chercher à comprendre quel est le problème d’une part et quels sont les éléments dans le système qui pourraient contribuer à résoudre le dit problème. Il peut s’agit, par exemple, de déplacer une plante qui peine à luter contre une infestation ou une maladie afin de la mettre à proximité d’une autre plante reconnue pour sa capacité à repousser certains insectes. Le concept de plantes amies est au coeur de l’agriculture biologique et il est intégré à la permaculture. Il arrive souvent que des plantes mal adaptées à l’environnement climatique et biophysique soient implantées dans un système de production. Ce choix conduit souvent au recours aux pesticides, aux engrais chimiques ainsi qu’à l’arrosage. La plante qui n’est pas naturellement adaptée à un certain contexte est choisie au détriment d’autres plantes qui sont tout à fait adaptées à ce climat et ce type de sol et qui pourraient produire tout en diminuant les apports extérieurs au système (temps, énergie, engrais, ressources financières).

Obtention d’un rendement

La permaculture a, entre autres, pour but de répondre aux besoins humains dans le respect de l’environnement et pour ce faire les systèmes implantés doivent permettre une production importante d’aliments, de médicaments naturels et autres produits utiles dans le cadre de la vie courante. Il s’agit donc d’implanter des systèmes de production qui nécessitent un apport minimal d’énergie pour un retour maximal. C’est pourquoi, par exemple, on ne verra pas de grande étendue de pelouse au sein des systèmes permaculturels puisque cette pratique découle d’un construit social au sein d’une culture qui accorde une grande importance esthétique à l’entretien d’espaces gazonnés qui n’offrent aucun rendement et demandent des apports importants d’énergie humaine et fossile. Ce principe concerne aussi la planification adéquate du calendrier annuel de production afin d’étendre la production le plus longtemps possible dans le but de diminuer les périodes improductives. Les efforts qui sont mis pour mettre en place le système doivent offrir un retour sur l’investissement en temps et en ressources à la fois à court terme, moyen et à long terme. Un bon exemple de ce dernier élément consisterait en la plantation d’arbres à noix qui produiront dans plusieurs années, combinée à l’implantation d’arbres fruitiers à croissance rapide qui porteront des fruits à moyen terme ainsi qu’à l’implantation d’arbustes fruitiers qui, quant à eux, seront en mesure d’offrir une bonne production dans un délai assez court.

La plus grande limite à l’abondance est la créativité

Il arrive souvent que ce ne soit pas les limites physiques qui posent des barrières à la productivité du système, mais plutôt des schémas mentaux qui limitent l’étendue des possibilités qui surgissent dans l’esprit des planificateurs et planificatrices en cours de route. Certains exercices ont été développés afin d’aider à dépasser cette limite et favoriser la créativité. L’un d’eux consiste à inscrire l’ensemble des éléments à intégrer dans le système de production sur des petites cartes individuelles. Il s’agit ensuite de piger deux cartes et de réfléchir à ce que ces deux éléments combinés pourraient apporter au design. Il arrive que le résultat soit tout à fait improbable, mais ce processus permet parfois de forcer l’esprit à réfléchir au-delà des idées préconçues ce qui peut permettre de trouver des solutions à des problèmes persistants.

Les erreurs sont des outils d’apprentissage

Le dernier des principes dont il sera question ici est celui qui consiste à apprendre de nos erreurs. S’il peut être particulièrement frustrant de faire des erreurs, il est d’autant plus désagréable de penser qu’elles n’ont servi à rien. En ce sens, lorsqu’une erreur se produit, le permaculteur ou la permacultrice est invité à réfléchir à la situation, à ce qui s’est passé en cherchant à comprendre ce qui pourrait être fait autrement la prochaine fois. Si ce principe peut semble comme allant de soi, ce n’est pas nécessairement le cas puisqu’il est nécessaire, pour le mettre en application, de prendre la responsabilité de nos actions en ne cherchant pas à reporter le blâme pour nos échecs sur des acteurs externes. Ce principe implique aussi d’être ouvert au changement ainsi qu’à de nouvelles pratiques. »

Voici la bibliographie de ce travail qui portait plus spécifiquement sur les Jardin permaculturels multiétagés ( qui est ma traduction des FoodForest) Peut-être que ces documents pourraient vous intéresser.

Bibliographie

BARBIÉ , Olivier. 2007. Permaculture et agriculture soutenable. Institut Technique d’Agriculture Naturelle.

BELCHER Brian et al. 2005. The Socioeconomic Conditions Determining the Development, Persistence and Decline of Forest Garden Systems. Economic Botany, 59(3). pp. 245–253.

BELLASSEN, Valentin. Les forêts et les émissions de CO2. Liaison énergie-francophonie, No 84. [Enligne]: http://www.iepf.org/ressources/ressources-pub-desc.php?id=321

California State University. Agricultural Studies : Permaculture Concentration. [Enligne]. http://www.csustan.edu/AGStudies/Permaculture_conc.htm (Page consultée le 10 décembre 2010)

Canoë. Les zones de rusticité du Québec. [Enligne]. http://micasa.ca/maisonpassion/jardin/vj_rusticite_a_0410-can.html (Page consultée le 10 décembre 2010)

Clemson University. Urban Permaculture Institute of the Southeast Lanscape Project. [Enligne]. http://www.clemson.edu/sustainableag/urban_permacult.html (Page consultée le 10 décembre 2010)

DAHLBERG, Kenneth. 1991. Coastal Barriers. BioScience, University of California Press. Vol. 41, No. 5, pp. 337-340. [En ligne ] : http://www.jstor.org/stable/1311588

D’Origina. Découvrez les saveurs de la forêt boréale. [Enligne]. http://www.dorigina.com. (Page consultée le 10 décembre 2010)

DUPRAZ, C., F.Liagre. 2008. Agroforesterie : des arbres et des cultures. Éditions France agricole : Paris. 413 p.

Équiterre. Circuits courts de commercialisation alimentaire. [Enligne].http://www.equiterre.org/fiche/circuits-courts-de-commercialisation-alimentaire (Page consultée le 8 décembre 2010)

GRIFFON et Weber. 1996. Cité par Bellefontaine et al. Les arbres hors forêt, vers une meilleure prise en compte. Cahier FAO Conservation 35. Fao : Rome.

HART, Robert. Forest Gardening. Green Books : Totnes. 1991. 212p.

HEMENWAY, Gaia’s garden : A guide to Home-Scale Permaculure (2e ed). Chelsea Green : White River Junction. 2009. 313p.

HILL Deborah et BUCK Louise. 2000. Forest farming practice. Pp 283-320 Dans: Garrett,

H.E.,veld et R.F. Fisher (éd). North American agroforestry: an integrated science and practice. American society of Agronomy : Madison.

JACKE Dave, TOENSMEIER, Eric. 2005. Edible Forest Gardens : Ecological Vision and Theory for Temperate Climate Permaculture (Vol I). Chelsea Green : White River Junction. 377p.

JACKE Dave, TOENSMEIER, Eric. 2005. Edible Forest Gardens : Ecological Design and Practice for Temperate Climate Permaculture (Vol II). Chelsea Green : White River Junction. 655p.

JUNGCK, John.1985. Perennial Polyculture, Permaculture and Preservation: The Principle of Diversity. The American Biology Teacher. University of California Press. Vol. 47, No. 2 , pp. 72-75 [En ligne ] :http://www.jstor.org/stable/4447952Accessed: 17/11/2010 13:56

ONU. Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement : Principes de gestion des forêts.[Enligne]. http://www.un.org/french/events/rio92/rio-fp.htm#one (Page consultée le 5 décembre 2010)

PEZRÈS, Emmanuel. La permaculture au sein de l’agriculture urbaine: du jardin au projet de société.VertigO – La revue en sciences de l’environnement, volume 10 numéro 2, septembre 2010 [En ligne ] : http://vertigo.revues.org/9941

RAMACHANDRAN NAIR,P.K et al. 1999.Nutrient Cycling in Tropical Agroforestry Systems; Myths and Science. pp. 1-31. Dans : Buck, L.E., J.P.Lassoie et E.C.M. Fernandes (éd). Agroforestry in sustainable agricultural systems. C.R.C.Press. Boca Raton, Floride, États-Unis. 416p.

RAMACHANDRAN NAIR,P.K et al. 2009. Soil carbon sequestration in tropical agroforestry systems: a feasibility appraisal. Environmental Science and Policy. 12: 1099-1111.

SIMMONS, Luke. Agroecological Analysis of a Polyculture Food Garden on the Adelaide Plains. Natural Resource Management Roseworthy Campus, University of Adelaide South Australia 5371, Australia.

THAYER, Samuel. The Forager’s Harvest : A Guide to Identifying, Harvesting and Preparing Edible Wild Plants. Foragers’ harvest : Birchwood. 2006.360p.

VETETO, James et LOCKYER, Joshua. Environmental Anthropology Engaging Permaculture: Moving Theory and Practice Toward Sustainability. Culture & Agriculture Vol. 30, pp. 47–58, 2008.

VÉZINA, André. Les haies brise-vent. Institut de technologie agricole de La Pocatière.

[Enligne]. 2001. http://www.agrireseau.qc.ca/agroenvironnement/documents/Haies%20brise%20vent_OIFQ.pdf

WARNER, K.1995. Agriculteurs itinérants; connaissances techniques locales et gestion des ressource naturelles en zone tropicale humide. FAO : Rome.

YOUNG, A. 1995. L’agroforesterie pour la conservation des sols. Centre technique de cooperation agricole et rurale (C.T.A) : Wegeningen.

2 replies on “Permaculture”

  1. duvauchelle dit :

    Merci pour toute ces informations,
    je developpe un projet en équipe autour de l’agriculture naturelle au Portugal et notre objectif est d’integrer les concepts de la permaculture au projet d’entreprise qui en découle ( alimentation- confection- evènements). Connaissez vous des modèles de ce genre, pour un nouveau design social en quelque sorte?
    merci
    Valérie Duvauchelle

  2. admin dit :

    Il y a des modèles intéressant d’économie circulaire au sein desquels les extrants d’une partie du système deviennent les intrants d’une autre partie. Par exemple une micro-brasserie dont les résidus servent à la production de champignons, les résidus de cette production peuvent être compostés afin d’amender des jardins biologiques etc…en anglais on dit closed loop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>